Marina Ovsyannikova : Mettez fin à la guerre. Refusez de vous laisser berner. Ils vous mentent

Marina Ovsyannikova : Mettez fin à la guerre. Refusez de vous laisser berner. Ils vous mentent
Marina Ovsyannikova : Mettez fin à la guerre. Refusez de vous laisser berner. Ils vous mentent

Lundi soir, les téléspectateurs qui suivaient en direct le principal journal télévisé du soir en Russie ont eu droit à un bref aperçu de ce qui n’était pas prévu au programme et que le Kremlin a désespérément essayé de leur cacher : une manifestation contre la guerre.

Alors que la présentatrice Ekaterina Andreeva introduisait un sujet dans l’émission Vremya, ou “Temps”, diffusée depuis des décennies sur la chaîne publique Channel One Russia, une autre femme est soudainement apparue derrière elle.

“Arrêtez la guerre ! Non à la guerre !”, a crié la femme.

Tenant une pancarte en carton sur laquelle figuraient les drapeaux russe et ukrainien, la femme s’est assurée que les téléspectateurs pouvaient lire les mots qui y étaient imprimés : “Arrêtez la guerre. Ne croyez pas la propagande. Ils vous mentent.”

La caméra s’est ensuite coupée alors qu’un segment préenregistré commençait à être diffusé.

Cette manifestation remarquable est l’œuvre de Marina Ovsyannikova, une rédactrice de Channel One qui a risqué son emploi – et sa liberté – pour faire connaître aux Russes la vérité sur les ravages mortels que le président Vladimir Poutine fait subir à leurs voisins en Ukraine.

Le militant russe des droits de l’homme Pavel Chikov a identifié Ovsyannikova sur Twitter et a déclaré que son groupe financerait sa défense juridique. Quelques minutes après sa manifestation, elle était déjà arrêtée au poste de police local, a déclaré M. Chikov.

Avant de protester à l’antenne, Ovsyannikova a enregistré une vidéo. Elle s’y exprime contre la guerre et regrette d’avoir diffusé la “propagande du Kremlin”.

“Ce qui se passe en Ukraine en ce moment est un crime et la Russie est le pays agresseur”, a déclaré Ovsyannikova. “La responsabilité de cette agression repose sur la conscience d’un seul homme, et cet homme est Vladimir Poutine”.

Notant qu’elle avait un père ukrainien et une mère russe qui n’ont jamais été ennemis, elle a déclaré que le collier qu’elle portait – aux couleurs des drapeaux russe et ukrainien – était un symbole de la nécessité pour Moscou d’arrêter “cette guerre fratricide”.

“Malheureusement, ces dernières années, j’ai travaillé à Channel One et travaillé sur la propagande du Kremlin”, a-t-elle déclaré. “J’ai très honte de cela en ce moment – honte d’avoir laissé les gens raconter des mensonges depuis l’écran de télévision, honte d’avoir permis au peuple russe d’être zombifié.”

Faisant référence à l’invasion par la Russie, en 2014, du territoire ukrainien de Crimée, puis des territoires de l’est de l’Ukraine, ainsi qu’à l’empoisonnement par le Kremlin du chef de l’opposition Alexeï Navalny en 2020, Ovsyannikova a déclaré : “Nous avons simplement observé en silence ce régime inhumain.”

“Maintenant, le monde entier s’est détourné de nous”, a-t-elle ajouté, “et les dix prochaines générations de nos descendants ne laveront pas la honte de cette guerre fratricide.”

“Nous sommes un peuple russe qui pense, qui est intelligent. Il n’y a qu’en notre pouvoir d’arrêter toute cette folie”, a-t-elle conclu. “Allez aux manifestations. N’ayez peur de rien. Ils ne peuvent pas tous nous emprisonner.”

La manifestation télévisée d’Ovsyannikova est l’une des plus médiatisées à avoir eu lieu en Russie depuis que les forces du Kremlin ont envahi Moscou il y a près de trois semaines.

Les autorités ont cherché à censurer sévèrement les médias d’information, à interdire certaines plateformes de médias sociaux et à faire de la critique de l’armée russe un délit pénal – le délit pour lequel, selon M. Chikov, Mme Ovsyannikova serait inculpée. La peine maximale pour ce délit est de 15 ans de prison.

Facebook, Instagram et Twitter ont tous été bloqués en Russie, tandis que les médias d’information ont l’interdiction de décrire la guerre autrement qu’en utilisant le terme préféré de Poutine : “opération militaire spéciale”.

Et pourtant, des protestations ont eu lieu dans toute la Russie, mais elles ont été rapidement réprimées.

Le groupe de surveillance des manifestations OVD-Info dit avoir répertorié les arrestations d’au moins 14 653 personnes dans 151 villes russes depuis le début de la guerre le mois dernier. Une vidéo virale diffusée dimanche montre les forces de sécurité en train d’arrêter une femme quelques secondes après qu’elle ait brandi une petite pancarte sur laquelle on pouvait lire simplement “Deux mots”.

Évaluez ceci post
Total
0
Shares
Previous Article
Est-il possible de passer une meilleure nuit de sommeil après un orgasme ? De nouvelles preuves apparaissent

Est-il possible de passer une meilleure nuit de sommeil après un orgasme ? De nouvelles preuves apparaissent

Next Article
Selon un dernier sondage, Emmanuel Macron devance largement Marine Le Pen au second tour de la course présidentielle de 2022

Selon un dernier sondage, Emmanuel Macron devance largement Marine Le Pen au second tour de la course présidentielle de 2022

Related Posts